Une curieuse solitude

16 février 2012

Je rentre tard dans la nuit polaire. Vie d’avant vie qui n’a en rien changé, je cherche le code et la clé. Combien de fois combien de fois cette scène répétée, un taxi une valise et le regard du chauffeur. Je danse avec toi pour la Saint Valentin, je croise parfois notre reflet dans le grand miroir. C'est quand même fascinant de penser que les êtres humains font ça les uns pour les autres depuis la nuit des temps, et toutes ces berceuses qui traversent doucement les siècles et les chambres, cadet Rousselle et le bon roi Dagobert. C’est la première fois que je sais que je ne pourrai jamais me séparer de quelqu’un. Je retrouve les disques aimés oubliés en mangeant du taboulé oriental Monoprix dans sa barquette. Je faisais pareil à la Butte-aux-Cailles, à Saint-Germain-des-Prés, à Montmartre, à Jules-Joffrin, à Belleville, à Vincennes, à Bonne Nouvelle et aux Buttes Chaumont. « C’est une ville très compliquée » me dit le Dr M. Je me demande si elle est de gauche ou de droite.