Ces petits riens qui me venaient de vous

08 novembre 2008

© Nicolas Urlacher 

 

J'avais prévu parler d'un tout autre sujet, mais un événement est venu interrompre mon inspiration du moment : une dispute - heureusement rare - avec ma tendre moitié. La Carrie Bradshaw en moi m'a emmenée à me demander : pourquoi on s'engueule ? Il y a une guéguerre que l'on mène au quotidien, dans un couple, entre séduction et provocation - et qui n'est rien de moins qu'une parade amoureuse permanente. Cette parade nous amène à avoir des différends sur des sujets politiques, culturels ou sociaux, afin de provoquer la conversation, de libérer la parole, d'écouter et de tenter de comprendre, de pénétrer cet Autre qui nous fait face ; la conversation est, de loin, l'arme la plus dangereuse du désir. « L'amour est une ponctuation de la conversation. Qui aimez-vous écouter ? Avec qui aimez-vous parler ? Le reste s'ensuit. (...) La parole (...) est en prise directe avec le désir », écrivait Sollers dans un article fabuleux, Le nouveau code amoureux (in « Éloge de l'Infini »). Ces conversations, à peu près innocentes à la base et qui portent généralement sur un objet extérieur au couple peuvent potentiellement se transformer en disputes à partir du moment où l'on attaque un goût, une croyance, une valeur fondamentale de l'autre ; cette agression de l'un entraîne une blessure narcissique profonde chez l'autre, qui se défend comme il peut, souvent en contre-attaquant, et c'est parti mon kiki pour une petite heure de dispute. On s'insulte, on boude, on se hurle dessus, on se déchire mais, la plupart du temps, on sait qu'on finira par se pardonner et, mieux, par régler ça au lit. Mais il y a autre chose qui m'inquiète : j'ai l'impression que ces conversations portent inconsciemment sur d'autres sujets que ceux abordés ; ce que je veux dire, c'est que l'alibi politique, culturel ou social n'est peut-être qu'une manière détournée d'aborder des sujets moins passionnants et pourtant plus quotidiens, plus graves ou agaçants. Quand on aborde un sujet avec quelqu'un que l'on aime, que l'on désire, parle-t-on vraiment de ce sujet ou d'autre chose, de quelque chose qui se cache sous le langage ? Qu'est-ce qui se dissimule derrière la parole de l'autre? Derrière la provocation ? Comment traduire une dispute ? Où est le menu avec les sous-titres ? Et enfin, passe-t-on sa vie à parler de biais ?