The End

02 janvier 2011

Il y a les désirs et il y a les ordres. Il y a ceux qu’on déteste exprimer, ceux auxquels on aime se soumettre, ceux qu’on dévoile dans la gêne, ceux qu’on se surprend à aimer, ceux qu’on déteste qu’on nous donne, ceux qu’on aimerait réaliser, ceux qu’on provoque. Il y a des désirs irrépressibles et des ordres difficiles à donner, d’autres qu’on désire recevoir sans le savoir. Il y a un temps pour se taire et un autre pour l’impossible, un temps pour la solitude et un autre pour la folie, un temps pour donner sa vie parce qu’on n’a jamais rien d’autre à offrir, au fond.